Bornéo: la canopée du Kinabantang et le récif de Sipadan

Par Damien. Click here for Emma’s Bornéo. Et cliquez ici pour parcourir l’album photo!

Petite improvisation d’itinéraire, nous arrivons aujourd’hui sur l’île de Bornéo, plus précisément dans l’Etat de Sabah, dans la partie Nord de l’île qui appartient à la Malaisie (la plus grande partie Sud fait quant à elle parti de l’Indonésie, alors qu’une minuscule partie à l’Ouest constitue à elle seule le Sultanat de Brunei). Voilà pour l’intro géographique, sans plus tarder, nous prenons un bus vers l’Est du Sabah, et nous voici partis à la poursuite des célèbres orang outans de Bornéo!

DSCF6255

Mais notre excitation va très vite retomber, car si on savait le désastre écologique de la déforestation par les exploitants d’huile de palme, le choc reste difficile à encaisser: on se retrouve assis 7H dans un bus avec toujours le même paysage de plantation à gauche, plantation à droite, des palmiers par milliers.

DSCF6566

Et loin du genre carte-postale, les palmiers sont ici petits et gras, alignés géométriquement sur des collines creusées en terrasses, où il y a juste quelques années qui sait, des orang outans évoluaient probablement, au milieu de toutes ces formes de vies dans un écosystème complexe.

Une comparaison de la surface de forêts par rapport au siècle dernier donne cette dramatique carte où il ne reste que si peu de vert…

Déforestation 1900 - 2010

 

 

Bref, pour ceux qui n’étaient pas déjà sensibilisés au problème, c’est à nous de boycotter les produits utilisant l’huile dévastatrice, ou à chercher un label certifiant que l’huile de palme récoltée n’a pas contribué à la déforestation, l’huile en soi n’étant pas un mauvais produit, et permettant souvent aux pays producteurs un développement vital pour leur économie.

Plus d’info: http://www.greenpalm.org/fr/accueil

On continue néanmoins notre recherche des grands singes, mais à force d’entendre qu’il est extrêmement difficile de les observer en liberté, on commence par un arrêt au centre de réhabilitation de Sepilok (http://sepilok.com), où les orphelins sont nourris et éduqués avant de suivre un lent procédé de réintroduction en milieu naturel. Le public n’a pas accès au centre d’éducation en lui-même, mais on peut parcourir un sentier dans le parc de 43km² où évoluent en liberté les singes devenus indépendants et capables de se nourrir eux-mêmes.

DSCF6217

Par chance, à peine quelques minutes de marche sur l’un des sentiers du parc nous serons nécessaire avant de croiser l’un d’entre eux, descendants lentement et gracieusement d’un arbre, et s’approchant à seulement une dizaine de mètres, un moment magique!

DSCF6214

Les orang outans peuvent aussi choisir de venir se délecter des quelques fruits qui leur sont offerts quotidiennement par le centre, et ce jour là deux jeunes singes rejoignent la plate-forme, un repas gratuit à condition de s’offrir aux appétits photographiques des dizaines de touristes (dont nous!) observant la scène à distance.

DSCF6234

Pas une seconde à perdre, nous partons le jour-même vers une réserve naturelle où on espère cette fois-ci observer des animaux épargnés des interventions humaines. Après 3H à travers toujours autant de palmier, à se demander s’il reste la moindre parcelle de forêt vierge, on arrive donc dans le district de Kinabatangan, posant nos valises dans une auberge perchée le long de la rivière du même nom, pour 2 jours de découvertes des environs.

DSCF6539

Les croisières sur le Kinabatangan réservent de nombreuses surprises: des rencontres avec les macaques à queue de cochon, les singes « long nez » avec leur incroyable profil, des crocodiles (LA phobie d’Emma, souvenez-vous de l’épisode aux îles Andaman), des éléphants pygmées, les plus petits du Monde, mais encore assez grands à vrai dire!

DSCF6284
DSCF6283
DSCF6301
DSCF6362
S0116512
S0076501

On trouve même un nid d’orang outans, et aperçoit la fourrure rousse de l’un des occupants! (bon il faut regarder la photo de près j’avoue…)

DSCF6370

Naviguer le long de cette rivière à l’eau marron n’est pas sans nous rappeler notre escapade amazonienne (sans la magie de l’Amazonie bien sûr), au détail près qu’ici on arrive en voiture, et l’observation de chaque parcelle de forêt laisse deviner une exploitation de palmier non-loin derrière.

DSCF6375

On descend de la barque pour une petite randonnée dans la jungle, et on entend tout à coup de puissants mouvements de feuillage. Le regard de notre guide se crispe, et on commence à craindre un éléphant (ils sont pas si petits on vous dit..) mais finalement on entend une sorte d’éternuement, il s’agit probablement d’un autre groupe de touristes?.. On traverse néanmoins les arbustes en direction du bruit mystérieux, prenant soin d’éviter les sangsues, et on se rend vite compte que les mouvements proviennent du haut d’un palmier. Il s’agissait bien d’un homme, “l’homme de la forêt”, traduction en malais des termes “orang outan”. C’est un vrai coup de chance de tomber nez à nez avec cette mère et son petit, même s’il est difficile de les apercevoir en haut de ce long palmier, à travers les feuilles des arbres environnants, et on refuse la proposition de notre guide de frapper le tronc afin de déranger ses habitants. On aperçoit parfois un dos, on devine ici une main, et toujours ces couleurs rousses contrastant avec les verts foncés de la canopée. Je tente un grondement de ce que j’imagine être l’imitation parfaite d’un mâle orang outan de Bornéo (je maîtrise moins bien l’orang outan de Sumatra), et j’obtiens un regard nonchalant de la mère qui nous observe brièvement avant de retourner à ses activités arboricoles. Mon unique cliché d’un orang outan en liberté. Avec le focus accroché en bas de la canopée bien sûr.

DSCF6382

Désormais rassasiés de notre soif de forêts tropicales, on prend la route vers le Sud-Est de l’Etat, en direction de Semporna, avec au passage une petite frayeur après l’explosion d’un pneu du bus (pas sûr qu’ils aient de contrôle technique ici…)

DSCF6571

Semporna n’est pas très intéressante en soi, si ce n’est sa population de “nomades de la mer”, les Bajaus, que les fans de l’émission “rendez-vous en terre inconnue” connaissent peut-être.

DSCF6593

Ils passent leur vie quasi-exclusivement en mer, vivant sur leur barque ou dans une cabane sur pilotis, et sont célèbres pour leurs incroyables pêches en apnées, plongeant pendant parfois près de 5 minutes. Leurs tympans se percent douloureusement dans leur jeunesse, leur permettant ensuite de descendre jusqu’à 30m de profondeur. La vue de leurs cabanes à l’horizon, sorties de nulle part, est vraiment impressionnante.

DSCF6630

Mais Semporna est surtout visitée pour sa proximité de l’île de Sipadan, véritable paradis aquatique, où nous avons la chance d’obtenir un permis pour une journée (il faut parfois réserver des semaines à l’avance, le nombre de plongeurs quotidiens autour de l’île étant limité à 120). La simple vue satellite sur google maps annonce la couleur: une île volcanique sortant de nulle part, entourée de récifs coralliens formant des “murs” de 600 mètres de profondeurs.

sipadan

Le site est souvent cité parmi les meilleurs spots de plongée au monde. On se délecte donc de 3 plongées, se régalant de cette multitude de coraux de toutes sortes et de toutes les couleurs (ne pas se fier à la couleur bleu des photos, il me manque un filtre pour filmer sous l’eau..), une incroyable variété de poissons tropicaux, de nombreux requins, quelques tortues vertes, un énorme banc de gros barracudas, et plusieurs bancs de centaines de carangues pas farouches nous laissant nager à leur côté.

vlcsnap-2014-06-22-10h16m56s19
vlcsnap-2014-06-22-10h11m36s80
vlcsnap-2014-06-22-10h19m50s190
GOPR5323

Ce paradis est aussi tristement célèbre pour un large kidnapping en 2000, où 21 touristes avaient été enlevés par un groupe terroriste finançant leurs activités par les rançons, la région voisine du Sud philippin étant disputée par ces groupes réclamant un nouvel état indépendant.

On aura bien heureusement croisé ni pirates (y’en a aussi beaucoup par ici..) ni terroristes, mais simplement vécu une inoubliable plongée, dont la beauté est à la hauteur du prix gonflé par le déséquilibre offre/demande. Bref, si vous passez du côté de Bornéo, ne tergiversez pas sur le prix, et plongez-y les yeux fermés! (enfin pensez à les ouvrir un peu quand même..)

vlcsnap-2014-06-22-10h07m30s2

 

Advertisements

Any comment welcome!

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s